COP 26 - Quelles avancées ?

Dernière mise à jour : 6 févr.

La 26e conférence des Parties, ou COP26, qui se tient à Glasgow (Royaume-Uni), du 31 octobre au 12 novembre 2021, réunit plus de 190 dirigeants mondiaux. Elle emboîte le pas au dernier rapport du GIEC, lequel nous rappelle la situation d'urgence dans la laquelle nous sommes et nous invite à agir sans attendre pour limiter les effets du réchauffement climatique. Des avancées sont en cours, nous dit-on, mais seront-elles suffisantes ?

Le média We Demain revient sur ces avancées...


La nature mérite mieux!


"Absorbant le quart des émissions humaines de CO2 mais fragilisés par le réchauffement, les océans sont les “oubliés” de la COP26. Tandis que 80 % de la nature et de la biodiversité terrestre sont protégés par les peuples autochtones. Qui manquent de droits."


“Comment la nature peut-elle nous aider et comment pouvons-nous aider la nature ?” La question a été posée samedi à la COP26, à l’occasion d’une journée spéciale. Tout le monde s’accorde : l’action de la nature sera cruciale pour atteindre la “neutralité carbone” terrestre à horizon 2050-2070.

Durant la dernière décennie, les océans (courants, plancton végétal) et les écosystèmes terrestres (végétaux, sols), qui fournissent déjà oxygène et nourriture, ont absorbé chaque année en moyenne 53 % des émissions de dioxyde de carbone (CO2) dues à la combustion du charbon, du pétrole et du gaz, et à la déforestation, estime l’organisme scientifique Global Carbon Project.


Océans : une journée d’action quasiment vide

Mais, plus le réchauffement s’aggrave moins ces puits de carbone se montrent efficaces. “Au cours de la décennie 2011-2020, les changements climatiques ont réduit le puits terrestre d’environ 15 % et le puits océanique d’environ 5 %”.

Les études montrent que l’océan a emmagasiné 93 % de l’excès de chaleur induit par les activités humaines depuis la Révolution industrielle. Le réchauffement fait baisser son taux d’oxygène. (Lire la suite)

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout